Décalage horaire

Dur dur le réveil ce matin. C’est l’aubergiste qui m’a sorti du lit, tous les autres randonneurs étaient déjà partis !

Il faut dire que je dois m’adapter à un nouveau rythme. Hier encore je travaillais comme serveur dans un petit restaurant, le Duque de Frias à Miranda de Ebro. Je me levais vers 10 heures, et j’embauchais à midi. Je finissais à 16 heures, puis je reprenais mon service à 20 heures. Je débauchais, selon l’affluence, vers deux heures du matin.

Le pèlerin, lui, se lève vers cinq ou six heures pour profiter de la fraîcheur matinale. Il marche jusqu’en début d’après-midi, et se repose aux heures les plus chaudes. Le soir, il est couché à 21 heures, 22 heures dernier carat !

Je n’ai parcouru que quelques kilomètres, et je subis pourtant un décalage horaire de cinq heures !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s