Solidarité: un week-end à la rencontre des familles des favelas

Article initialement paru sur le 16 Février 2011 sur le petit journal, à l’adresse http://www.lepetitjournal.com/societe-saopaulo/73515-solidarite-un-week-end-a-la-rencontre-des-familles-des-favelas.html

L’ONG Um Teto para Meu Pais (Un Toit pour Mon Pays) organise les 26 et 27 février prochains une « détection massive ». Deux jours durant, plusieurs centaines de jeunes volontaires vont partir à la rencontre des familles des favelas dans le but de déterminer lesquelles sont les plus vulnérables et, partant de ce constat, lesquelles doivent être aidées en priorité.

Eradiquer la pauvreté en construisant des maisons le week-end. L’idée parait simpliste, voire utopique. C’est pourtant ce à quoi s’affairent les jeunes volontaires de l’ONG Um Teto para Meu País, qui s’activent chaque fin de semaine pour construire des logements de première nécessité. « Chaque maison fait 18 mètres carrés, elle est constituée de 10 panneaux de bois préfabriqués. Avec le concours d’une dizaine de volontaires, il ne nous faut que deux jours pour la monter » explique Rafael, 20 ans, responsable logistique.

C’est justement la simplicité du modèle qui a fait son succès. Créée au Chili en 1997, l’organisation est aujourd’hui présente dans 19 pays d’Amérique Latine, du Mexique à l’Argentine, en passant par Haïti, le Salvador ou encore la Bolivie. Plus de 65.000 maisons ont déjà été construites, avec la participation de quelques 250.000 jeunes universitaires.
Au Brésil, l’association n’est présente que depuis 2006. Mais elle peut déjà s’enorgueillir d’avoir construit 469 casas de emergência (logement de première nécessité), soit autant de familles bénéficiant d’un nouvel âtre. « Pour le moment, nous ne sommes implantés qu’à São Paulo, mais nous envisageons d’étendre nos activités à d’autres villes, puis à tout le pays !  » s’enthousiasme Joana, 27 ans, responsable de la communication. Preuve de ce dynamisme, l’objectif de l’année 2011 est de construire la casa 1000 (la millième maison).

Une expérience humaine à laquelle tout le monde peut participer 

Si les constructions ne durent que deux jours, elles  sont  la concrétisation d’un travail beaucoup plus long, de la recherche de sponsors au recrutement de volontaires, en passant par l’achat des matériaux ou la détection des familles.

La détection consiste à soumettre toutes les familles d’une favela à un questionnaire, afin de déduire, par comparaison, lesquelles sont les plus vulnérables et donc lesquelles bénéficieront en priorité de la construction d’une maison. C’est  « le premier pas » nous explique Bruno, 22 ans, chargé de l’organisation de l’évènement : « c’est la base de notre travail, nous ne pouvons pas construire avec des familles que nous ne connaissons pas ».

Les détections ont lieu tous les dimanches et, deux fois par an, sont organisées des « détections massives », qui regroupent plusieurs centaines de jeunes volontaires sur un week-end. « Cet évènement nous permet de récolter un grand nombre d’enquêtes, mais aussi de sensibiliser les jeunes à la réalité de leur pays « .

Le soir, les volontaires dorment dans une école aux abords de la favela. « Certains chantent autour d’une guitare, d’autres échangent leurs impressions de la journée, d’autres enfin débattent sur la pauvreté » s’émeut Laís, 24 ans, responsable de l’aire détection-désignation. « C’est difficile à décrire. Il faut le vivre ! »

Alors, comme Bruno, Laís ou Rafael, si vous pensez qu’un changement est possible, inscrivez-vous. Si vous ne le croyez pas, inscrivez-vous quand même : peut-être changerez-vous vous aussi… (Paragraphe supprimé par l’éditeur du journal…)

Morgan FIETTE (www.lepetitjournal.com – São Paulo) mercredi 16 février 2011

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s