A Jack et William.

« On s’en serait bien passé de celle-là. Ya des interventions comme ça. Tu sais, il y a des images auxquelles on ne s’habitue pas tu vois. J’en ai vu d’autres pourtant, mais à chaque fois… Tiens, gare-toi là, ya une place. Et puis la famille, tout ça… C’est con, mais on devrait avoir une formation pour trouver les mots à dire à la famille. A chaque fois on est comme des cons. Tu as fermé le camion à clé ? Tu vas me dire, c’est pas un cours théorique qui va nous apprendre ça. Je ne sais même pas si un psy il saurait quoi dire. Asseyons-nous là. Garçon ! Quatre bières s’il-vous-plait ! »

« Ah ça, les pompiers, vous avez la belle vie ! Quatre bières qui dit ! Pendant le service en plus ! Ah ça, vous n’êtes pas malheureux, hein ! »

« Le plus important, pour nous en tout cas, c’est de pas s’isoler après ça. Je vous le dis pour quand vous serez chef. Faut pas laisser un gars monter seul dans sa piaule après ça. »

« Voilà vos bières messieurs. »

« Merci. Allez… A la santé du pendu !… »
« Et de tous les autres ! »

————————

/!\ Attention: ce récit se veut réaliste, pas réel. Lire l’avertissement.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s