Le jargon du pompier de Paris

Jargon pompiersA

A.C.T. : Attelle Cervico-Thoracique

A.C.R. : Arrêt Cardio-Respiratoire

A.R. : Ambulance de Réanimation (U.M.H. appartenant à la BSPP)

A.R.I. : Appareil Respiratoire Isolant

A.V.P. : Accident sur la Voie Publique

Adji : adjudant

B

Backdraft : mot anglais désignant une explosion de fumées. C’est aussi le nom d’un film célèbre dans le milieu pompier.

Bahut : camion

Baroude : gros feu (barouder: participer à l’extinction d’un gros feu)

B.A.V.U. : Ballon Auto-remplisseur à Valve Unidirectionnelle

BEAA : Bras Elévateur Articulé Automobile

Bétaillère : –> voir V.S.A.V.

B.M.D.A. : Bonjour Montez Descendez Au-revoir

Bocal : le P.V.O. (celui-ci est généralement vitré pour que le stationnaire puisse voir les camions partir et revenir)

Bombarder : rouler très vite pour se rendre sur intervention.

B.O.T.: Bureau des Opérations de Transmission : ancien nom du P.V.O.

Bracos : les bras

Bus: ancienne génération de P.S.E. dont les portes s’ouvraient comme celles d’un autocar

BSPP : Officiellement, Brigade de (sans « s ») sapeurs-pompiers de Paris. Les jeunes recrues disent Balai-Serpillière-Pelle-Poubelle. Les mauvaises langues disent Bien Sucer Pour Progresser.

(se) Buter : (s’) énerver, (se) vexer

C

Cabo(-chef) : caporal(-chef)

Canuche : canette (à ne pas confondre avec canule)

C.A.O.: Contrôle d’Aptitude Opérationnelle : examen annuel prononcé – à juste titre – chaos ou KO

Charger: en mettre beaucoup (souvent utilisé à propos des poids en musculation, ou des louches en cuisine)

Charrette : ambulance (–> voir VSAV)

Chat noir : pompier malchanceux, qui attire les problèmes sur intervention.

Claquer : baiser (en référence au bruit…)

Client : un dingue, un cinglé. A propos d’une victime, le terme a généralement une connotation négative (« il est passé à travers le toit du local poubelle le client ! »). A propos d’un collègue, le terme est souvent mélioratif (« il est ceinture noire de karaté le client ! »)

Colon : colonel

Colonne sèche

Convoquer : inviter une fille

Cooper : test sportif qui consiste à courir la plus grande distance possible en 12 minutes. Les pompiers de Paris doivent atteindre les 3000 mètres pour le valider.

C.O.S.: Commandement des Opérations de Secours

CRAC.: Camionnete Réserve d’Air Comprimé

(brancard) Cuillère : civière de relevage à lames

C.S.: Centre de Secours

D

D.A.S.R.I. : Déchets d’Activités de Soins à Risques Infectieux

Déblai : opération souvent longue et fastidieuse consistant à dégager les décombres brûlées afin d’éviter toute reprise du feu. Les déblais s’accompagnent aussi souvent de dégarnissages des faux plafonds, des cloisons creuses où le feu pourrait couver.

Décaler : partir en intervention.

A l’origine, les pompes à incendies étaient tractées par des chevaux (ou des hommes). Les pompes étaient immobilisées par des cales placées aux niveau des roues. Lors des départs, les cales étaient enlevées, d’où l’expression « décaler ». Quand arrivèrent les premiers véhicules à moteur, les pompiers les garaient sur des rampes inclinées et les retenaient au moyen d’une cale. Quand ils partaient, ils n’avaient plus qu’à enlever la cale — à décaler — pour donner de l’élan à leurs véhicules et ainsi les démarrer sans manivelle.

Dégoupiller : enlever la goupille, « poser son cerveau sur la table », agir sans retenue.

Dégueulasse : –> voir Propre

Delta Charlie Delta : DCD en langage radio 

Deux-tons : sirène des camions

D.G.R.I.: Départ Général Rassemblement Inopiné : sonnerie (3 coups longs, 10 coups courts) qui retentit dans la caserne en cas de « branle-bas de combat »

D.N. : Départ Normal: départ pour feu. Un DN est constitué de deux engins pompes et d’un camion-échelle.

Doser, mettre une dose (se faire doser) : engueuler, (se faire engueuler)

Driller : enchainer vite, activer pour ne pas perdre de temps (« il nous reste 30 minutes et je veux voir tout le monde passer sur cette manoeuvre: faut que ça drille ! »)

DRUFF: Détachement de Renfort Urbain Feux de Forêts

D.S.A. : Défibrillateur Semi-Automatique

E

E.P.A.(N.) : Echelle Pivotante Automatique (à Nacelle). Les enfants l’appellent « la grande échelle »

Ethique : l’Ethique du Pompier de Paris est un texte rédigé en par le Général Robert Casso (qui commanda la Brigade de 1963 à 1970) et que tous les Sapeurs-Pompiers de Paris apprennent lors de leur instruction

E.V.S.: Echelle Verbale Simple

(être) énervé : (être) excité

F

F.A.: Fourgon d’Appui

Flashover : mot anglais désignant un embrasement généralisé éclair

Foyer : bar de la caserne

F.P.T.: Fourgon Pompe Tonne

G

Garde postée : contrairement aux pompiers volontaires de province, les pompiers de Paris ne sont pas d’astreinte mais sont présents dans les murs de leurs casernes durant l’intégralité de leurs gardes.

Gégène: le Général

GELD: Groupe Exploration Longue Durée : spécialistes formés à l’utilisation d’appareils respiratoires en circuits fermés

G.H.V. : Gilet Haute Visibilité

Glasgow : Echelle de Glasgow

Graton : barrette(s) sur le torse qui indique(nt) le grade

GREP: Groupe de Recherche et d’Exploration Profonde

GRIMP: Groupe de Reconnaissance et d’Intervention en Milieux Périlleux

Groupements G1, G2, G3 : désignent les trois groupements d’incendie et de secours qui composent la Brigade, auxquels il faut ajouter le GAS (Groupement des Appuis et de Secours), le GSS (Groupement des Soutiens et de Secours) et le GFIS (Groupement Formation Instruction et de Secours)

Gyro’ : gyrophares

H

Héphaïstos : nom du Dieu grec du feu, des volcans, de la forge et de la métallurgie. Rarement employé au quotidien, ce terme est toutefois utilisé pour désigner « l’opération militaire française qui se déroule chaque été dans le cadre de la lutte contre les feux de forêts dans le sud de la France ».

I

I.G.H. : Immeuble de Grande Hauteur

K

Klix : machine à café

L

L.D.T. : Lance sur Dévidoir Tournant

L.S.P.C.C.: Lot de Sauvetage et de Protection Contre les Chutes

M

Manœuvre: exercice, entrainement

Méf’ ++ : méfie-toi, fais attention (par exemple « ça sent le gaz, méf ! »)

Mess : cantine des sous-officiers et des officiers

M.G.O.: la Marche Générale des Opérations est la procédure à suivre pour éteindre un incendie. Elle comporte 8 phases (dont certaines peuvent s’effectuer simultanément) : reconnaissance, sauvetages et mises en sécurité, établissement, ventilation, attaque, protection, déblai, surveillance.

Mouler : se taire, se soumettre (généralement crié: TU MOUUUULES !)

Multi’:  : moniteur multi-paramétrique 

M.I.D. : Matelas Immobilisateur à Dépression (aussi appelé matelas coquille).

N

N.R.B.C.: Nucléaire Radiologique Bactériologique Chimique

P

Pale’ : paluche. Se faire prendre en pal’, se faire prendre en main.

Pâté de déblai : ration alimentaire (réputée pour son goût…) apportée aux équipes lors d’interventions longues

Pays : collègue originaire de la même région ou du même département (« Il est du Jura, on est pays »)

PEC(H) : Peloton des Élèves Caporaux(-Chefs)

Péchu : fort, bon, costaud

P.L.S. : Position Latérale de Sécurité

Perche (perche de feu): tube lisse le long duquel glissent les pompiers pour descendre rapidement des étages vers la remise.

Percuter : comprendre vite

Phraser : tergiverser

Piaf : jeune pompier (équivalent du « bleu » dans les autres corps de l’armée)

Piche : personne en état d’ébriété

Piquet : fonction pour la journée (par exemple conducteur VSAV, ou chef-d’agrès engin pompe).

Ce terme est emprunté au jargon militaire du XIXe siècle. A l’origine le piquet d’incendie est l’ensemble du personnel que nous appelons aujourd’hui la garde.
Dans le jargon militaire, on trouve des équivalences, en particulier dans la cavalerie où « être de piquet » signifie être prêt à partir dans l’urgence en restant à proximité de chevaux attachés à leur piquet.
Au XXe siècle, plus probablement après la seconde guerre mondiale (on trouve encore l’expression être de piquet dans les années 30), « être de piquet » devient « être de garde » mais le terme « piquet » est conservé dans le sens de « fonction » au sein de la garde incendie.
On a donc changé l’usage du terme mais pas sa signification générale qui reste liée à l’idée de disponibilité opérationnelle.

la Planche

Pite : le capitaine

P.M.A.: Poste Médical Avancé

Pompier TGV : désigne un Sapeur-Pompier de Paris qui n’est pas originaire de la capitale, et qui rentre chez lui en train entre chaque garde.

Premier-cul : première classe (grade obtenu automatiquement au bout de six mois de service)

(se) Présenter : arriver sur les lieux d’une intervention

P.R.V.: Point de Rassemblement des Victimes

Propre : bien / beau / bon. N’est pas forcément synonyme de « nettoyé » ou « lavé », mais s’emploie pour décrire quelque chose ou quelqu’un de manière méliorative. Par exemple : « il court le marathon en 2h30, il est propre ! ». Par opposition à dégueulasse (par exemple: « Pourtant il était dégueulasse ce matin en sport ! »).

P.S.(E.): Premier Secours (Évacuation) : engin pompe mixte disposant d’une cellule de secours à victimes

P.S.R.: Premiers Secours Relevage: ancêtre du V.S.A.V.

P.V.O. : Poste de Veille Opérationnelle : centre névralgique de la caserne où arrivent les ordres de départs et les appels téléphoniques. Un stationnaire y est affecté en permanence.

R

R1, R2 : Premier ou deuxième départ (le R faisant référence au P.S.R.)

Ramasser : « prendre cher », subir (par exemple: « ils ont ramassé ce week-end : 10 départs par nuit ! »)

Rasso’ : rassemblement

Remisard : personnel affecté à la remise, c’est à dire à l’entretien des camions.

Remise : « garage » où sont garés les engins. Service chargé de leur entretien.

Rif : (de « fire » en verlan): un feu

Riffer : brûler, cramer, partir pour feu

Ronfleur : sonnerie qui annonce un départ en intervention. Peut aussi désigner son voisin de chambrée.

S

Sainte-Barbe : patronne des pompiers, fêtée le 4 décembre dans toutes les casernes

Sarce : vieux pompier expérimenté. Souvent utilisé par ironie pour désigner un pompier qui prétend être expérimenté.

Sarceuse : femme attirée par les pompiers

Sauvetage : la définition de ce terme est strictement définie dans le manuel BSP200.2 : « Action visant à soustraire d’un péril immédiat une personne qui, sans aide extérieure, serait vouée à une mort certaine. »

Soupe: repas (qu’il soit liquide ou pas !)

Soupier: personne chargée de livrer les repas à la caserne

Souze : sous-officier

Sphygmomanomètre: appareil plus connu (et plus facile à prononcer) sous le nom de tensiomètre

Stationnaire : personnel de veille au PVO. Parfois appelé pour rire le « stationnaute ».

T

Taulier: le chef de centre, le plus haut gradé de la caserne

Tinge : (de contingent): collègue avec lequel on a fait ses classes

Tour de séchage : la plupart des casernes possède une tour qui peut remplir plusieurs fonctions : relai pour les antennes radio, terrain de manoeuvre pour les écheliers, et séchage des tuyaux !

Tour du feu : comme son nom l’indique, cette opération consiste à identifier les 6 faces d’un incendie afin de définir les points d’attaque, les risques de propagations, etc…

Traiter : être rapide pour gérer une intervention (et repasser disponible)

Triangle du feu

Tricoise : clé polycoise

U

U.M.H. : Unité Médicale Hospitalière

V

la Verte : l’armée de terre

Verins : les biceps

V.I.D.: Véhicule Intervention Diverse

V.L. : Véhicule Léger : une voiture

Volduche :  pompier volontaire en province

V.S.A.V. : Véhicule de Secours et d’Assistance aux Victimes

 

N’hésitez pas à laisser un commentaire =)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s