Epis de Loire

Nous naviguons maintenant sur une Loire majestueuse, atteignant par endroit les 500 mètres de large.

J’ai obtenu mon permis fluvial quelques jours avant notre départ, et je sais que dans le sens du courant, le chenal navigable est matérialisé par des bouées coniques vertes à gauche, et par des bouées cylindriques rouges à droite.

Or les balises qui se présentent à nous ne semblent pas suivre cette convention: j’aperçois bien une bouée verte près de la rive gauche, mais la suivante flotte près de la rive droite. Même chose pour les bouées rouges. Je reste perplexe, c’est à n’y rien comprendre…

Nous décidons de filer tout droit au milieu: avec notre faible tirant d’eau, nous ne risquons pas grand chose…

CRAAAAAC ! Le radeau s’arrête net ! Nous venons de heurter un banc rocheux !? Le lit du fleuve est sablonneux, pourquoi diable y a-t-il ces cailloux au milieu ?

Nous apprendrons plus tard que ces pierres ont été amenées par l’homme : « A la fin du 19e siècle, on confie à l’ingénieur Kaufman la mission de concevoir un système immergé permettant de maîtriser et de fixer le chenal navigable en période de basses eaux afin d’améliorer les conditions de navigation sur la Loire.

C’est ainsi que naissent les épis, ouvrages multiples que l’on retrouve entre Nantes et Angers. Implantés pour la plupart de façon transversale par rapport à la berge, ils sont de longueur variable et espacés en moyenne de 250 mètres. Il y a quelques 700 épis entre Nantes et Angers. Calés sur le plus bas niveau d’eau, les épis étaient invisibles il y a un siècle. Aujourd’hui, ils [apparaissent à fleur d’eau et] font partie du paysage ligérien »

Du côté où ils sont (im)plantés, les épis arrêtent le sable; de l’autre, ils accélèrent le courant, le sable ne peut donc s’y déposer, et un chenal est créé. Le passage navigable zigzague donc de droite à gauche pour éviter les épis: d’où le balisage.

En attendant, nous rejoignons la berge en urgence, et constatons les dégâts: le tube droit n’est pas percé… mais il a reculé de 50 centimètres ! Dorénavant nous suivrons le chenal, quitte à réaliser de fastidieux slaloms…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s